Le nerprun bourdaine


 

Le nerprun bourdaine est un arbuste, ou un petit arbre, très envahissant. Lorsqu'il est bien développé, il est capable d'empêcher les végétaux de croître et de se régénérer incluant les jeunes arbres. Il est donc une menace importante pour la pérennité de nos forêts. C'est pourquoi il est important de se pencher sur ce problème dès l'apparition du nerprun chez soi. 

 

 

Un envahisseur particulièrement performant

Le nerprun bourdaine se développe rapidement au Québec. En 2022, sa présence est confirmée dans 9 régions administratives. En pleine lumière, il peut pousser de plus d'un mètre par année. À l'ombre, il se développe lentement, mais il peut attendre une opportunité pendant 50 ans. Il produit énormément de fruits qui sont dispersés par les oiseaux. Les semences sont viables de 2 à 6 ans et elles ont un haut taux de germination. Le nerprun peut aussi se multiplier par drageonnement. Il est peu consommé par les herbivores. Le couper, par débroussaillage par exemple, le stimule à produire des rejets, et ce, jusqu'à 100 rejets par tige coupée. Il peut pousser presque partout; de l'érablière à la tourbière. 

 

Identifier le nerprun

On reconnaît le nerprun bourdaine aux caractéristiques ci-dessous.

 

Feuilles
  • Vert lustré sur le dessus

  • Plus larges au sommet qu'à la base

  • Entières (sans dents)

  • Alternes

  • 6 à 10 nervures par côté

  • Ondulations créées par les nervures

 
Fruits
  • Couleur passant du vert, au rouge, puis au noir

  • Fruits de différentes couleurs sur une même tige de juillet à octobre

 
Écorce
  • Brun rosé à brun grisâtre avec l'âge

  • Lenticelles blanches

 
Bois
  • Bois jaune orangé 

  • Bois de coeur de tiges plus grosses rougeâtre

 

 

La gestion du nerprun

Il n'est pas possible d'envisager d'éradiquer le nerprun. Il faut plutôt viser à le contrôler à court et long termes afin de permettre aux végétaux indigènes de conserver leur place dans nos forêts. Pour ce faire, il faut soit éliminer les plants présents ou ralentir le développement du nerprun. 

 

Éliminer le nerprun

On peut tuer un plant en l'arrachant ou en utilisant ou en utilisant un phytocide chimique ou biologique à base d’un champignon indigène. La coupe à hauteur de poitrine est une technique potentiellement intéressante pour les gros spécimens (actuellement à l'essai). 

 

 

Créer de la compétition

Il faut limiter la lumière qui se rend aux nerpruns en modulant la récolte des arbres et en limitant les ouvertures. Certains arbres peuvent surpasser le nerprun pendant leur croissance, tels les peupliers faux-trembles ou hybrides. Ils sont donc des atouts. En milieu ouvert, il faut maintenir une bonne compétition au sol en gardant, par exemple, les herbacées ou le framboisier. On peut aussi ensemencer avec des espèces indigènes. 

 

Télécharger la fiche PDF

 


En savoir plus sur le nerprun et sa gestion

Consultez le Guide de gestion du nerprun bourdaine pour les propriétaires forestiers rédigé par l'Agence de mise en valeur de la forêt privée de l'Estrie. 

 

Retour à la recherche

Suivez l’actualité de l’AFSQ   

S'abonner à l'infolettre